Monday, April 10, 2006



AGIR POUR LA PLANETE








Présentation :

L’atelier « agir pour la planète » a concerné l’ensemble des trois classes de sixième du collège St Cyr lors du 1er trimestre, où la plupart des élèves ont expérimenté certaines activités de l’atelier. (7 ateliers différents sont proposés au collège, 4 sont testés par les élèves). A partir du 2ème trimestre, 10 élèves (alors que 16 l’avaient demandé en 1er vœu et 12 en 2ème vœu) ont pu rester dans l’atelier. Toutefois, 2 séances hebdomadaires libres (jeudi et vendredi midi) permettent à tout le monde de venir participer aux activités.

Au total nous sommes 24 élèves à avoir participé aux actions présentées dans notre blog.



Notre objectif:

Tout le monde sait que la planète souffre sous la pression des activités humaines, les conséquences sont dramatiques:pollutions de l'eau, de l'air, des sols, déforestation, réchauffement du climat , diminution de la biodiversité...au delà de ce constat alarmant nous avons décider d'agir en cherchant des activités concrètes à mettre en place autour de nous. Nous espérons ainsi contribuer à la prise de conscience des élèves et des adultes du collège mais aussi de toutes les personnes qui consulteront notre blog ,pour qu'enfin, tout le monde réalise que l'avenir de la planète dépend de chacun...









Nos actions :

Nous avons élaboré avec les professeurs un questionnaire pour chacun des adultes de l’établissement (principal, gestionnaire, cantinières, CPE, agent d’entretien). Après l’avoir tapé puis distribué, nous les avons analysés, puis complété notre réflexion par des recherches sur différents supports (magazines, internet, livres, …).
Plusieurs actions ont été retenues, parmi elles:

* La récupération et le test des piles.

Contenant des métaux lourds très polluants et utilisées en grand nombre en France, les piles doivent absolument être récupérées. Lors de nos recherches, nous avons découvert que des études scientifiques montrent que 15% des piles jetées sont fonctionnelles.

Depuis le début de l’année, le foyer socio-éducatif et l’atelier récupèrent les piles usagées rapportées par les élèves et les adultes du collège.
A la date du 10 avril 2006, nous avons collecté 476 piles de 7 modèles différents.


Nous avons donc testé à l’aide de testeurs de piles l’ensemble des piles récupérées (ce fut un sacré travail )
Nous les avons classées en 2 catégories :

- les piles usagées (qui seront emmenées à la déchetterie)
- les piles réutilisables, c’est-à-dire soit totalement neuves, soit qui peuvent encore servir pour des appareils nécessitant peu d’intensité électrique.

Les résultats sont surprenants, puisque 44% des piles étaient réutilisables et serviront pour différentes activités dans le collège (en particulier en Sciences-physiques et SVT)


Comment expliquer de tels résultats? Voici quelques pistes:
- Parfois les personnes changent la totalité des piles contenues dans un appareil alors qu'il suffit qu'il y en ait une seule de défectueuse pour que l'appareil ne fonctionne plus ( or certains jouets par exemple, nécessitent 12 piles ...)
- Quand on achète un paquet de plusieurs piles, certaines ne sont pas utilisées immédiatement et au bout de quelques semaines, on ne sait plus si elles sont pleines ou vides et dans le doute ,elles peuvent-être jetées...


Une solution pour éviter ce gaspillage: acheter un testeur de piles classiques rondes et plates( coût modique de 1,5 euros qui seront très vite amortis...)Certains testeurs plus sophistiqués ( 3 euros environ ) permettent de tester également les piles boutons







* La récupération et le recyclage du papier.

















Les photos agrandies:



- la récupération :
Dans chaque salle (de classe, des professeurs, de l’administration,…), nous avons déposé un bac de récupération de papier à côté de la poubelle.
Chaque semaine, nous récupérons tout le papier usagé du collège. Nous le stockons dans de grands cartons. Une partie sera recyclée par nos soins, l’excédent emmené dans des containers de tri sélectif.


- le recyclage :

Nous mettons le papier à tremper dans de l’eau au moins 24 heures, après l’avoir trié (couleur/blanc) puis grossièrement découpé.
Nous le passons ensuite au mixer.
L’étape suivante consiste à l’étaler sur des tamis, en trempant le tamis dans le bac pour les feuilles de format A4 et A3 ; en versant la « mixture » sur le tamis pour les feuilles format poster (100 x 100 pour notre plus grand format )
Le tamis est ensuite retourné sur un support rigide, planche de carton ou de plastique alvéolé (encore de la récup !!! ), puis nous laissons sécher quelques jours (selon la météo) et décollons enfin notre feuille de papier recyclé.

Notre pâte à papier est également récupérée par notre professeur d’art plastique.
L’atelier « décors » s’en sert pour fabriquer divers objets (masque, chapeau, accessoires de costume, …) qui serviront lors de la représentation du spectacle de fin d’année (conçu et réalisé par les ateliers « théâtre », « chant », « écriture », « cinéma » et « vidéo » )





Quelques uns de nos objets finis : feuilles format A3 et « poster », colorées ou non, cadres photos, vide-poches, perles ,… et chapeaux pour le spectacle. Le papier non recyclé au collège est emmené dans les containers de tri sélectif de la ville de Matour.













Les photos agrandies:






* Des actions concrètes au collège :

Depuis le début de l’année, plusieurs actions concrètes concernant les économies d’énergie et le développement durable ont été menées au collège.
Les principales sont :
- l’installation d’ampoules à économie d’énergie dans certaines salles du collège. Ces ampoules consomment 6fois moins d’électricité qu’une ampoule classique. Pour l’instant, 30 lampes ont été ainsi équipées, ce qui représente une économie estimée à 400 euros sur 10 ans
De plus, suite à notre questionnaire et nos différentes actions d’information, ce processus sera amplifié, puisque la plupart des lampes défectueuses seront remplacées par ce type d’ampoule .

- l’installation de groom sur certaines portes, qui, placés à des endroits clés (portes de couloir, de la salle des profs , du bâtiment administratif, …) permettent en les maintenant fermées en permanence des économies substantielles de chauffage et donc d’énergie.

- La mise en place d’un tri sélectif des déchets de la cantine, déchets qui sont ensuite emmenés par l'agent d'entretien à la déchetterie de Tramayes.

- La récupération des bouchons de bouteille (qui seront donnés à l’association "les bouchons de l'espoir" pour financer l'achat de fauteuils roulants) et des cartouches d’imprimantes usagées ( achetées entre 0,5 et 2 euros suivant le modèle, l'argent est versé au FSE du collège )
A la date du 13/04/06, environ 250 litres de bouchons et 30 cartouches ont été récupérées (les photos sont peu représentatives car prises juste après un envoi aux associations).

- l’application stricte d’une directive rectorale, qui impose la fermeture de tous les stores dans chaque classe à la fin des cours.





* Une opération nettoyage de printemps :




Situé à 150 mètres du collège, l’étang de Matour est géré par la commune et sa fréquentation est assez importante (surtout au mois de mars après les lâchers de truites )




Une forte fréquentation touristique étant malheureusement souvent accompagnée de déchets divers, nous avons donc décidé de mener une opération « nettoyage de printemps ».
Equipés de sacs poubelles et de gants, nous avons fait le tour de l’étang en ramassant tous les détritus qui traînaient.





Le résultat est édifiant :





De plus, cet étang est bien entretenu, avec des nettoyages réguliers et des poubelles tout autour. L'opération sera reconduite à la fin du mois de Mai après l'ouverture de la pêche au brochet.




* Développer un état d’esprit « agir pour la planète » dans le collège :

En plus de nos actions, nous essayons de sensibiliser tout le collège aux problèmes du développement durable et des économies d’énergie.
Ainsi, les 3 classes de sixième ont visité la déchetterie de Tramayes, où les responsables nous ont montré et expliqué comment trier nos déchets. Nous avons même eu droit à une démonstration d’enlèvement d’une benne et d’un container par un camion équipé d’une grue ou d’un treuil. Pour l’anecdote nous avons même aidé une dame à chercher (et à trouver) un moteur de centrale aspirante (d’une valeur de 1500€) qui avait été jeté la veille par erreur .

Nous sommes ensuite allé visiter le centre de compostage de Mâcon :
Les déchets verts (feuilles, branches, tonte de gazon, …) de toute la communauté de communes y sont récupérés, puis transformés en compost.
Le processus est le suivant :
Les déchets verts sont broyés grossièrement (y compris des branches voire des troncs d’arbre entier à l’aide de machines très puissantes), puis mis en tas de plusieurs mètres de haut, pour subir une première décomposition par les bactéries et les champignons qui s’y développent pendant 4 semaines. La température atteint rapidement 70°c à l’intérieur des tas ( due à la fermentation ), il faut donc les arroser régulièrement pour éviter les risques d’incendie.
Les monticules sont ensuite tamisés : les gros morceaux non décomposés retournent dans les broyeuses, le reste est remis en tas dans un autre secteur pour y subir une deuxième phase de maturation de 10 semaines, toujours grâce aux bactéries et aux champignons (pour favoriser leur développement, de l’air et de l’eau sont diffusés dans les monticules à l’aide de tuyau).
Pour finir, les monticules sont retamisés, puis stockés à l’abri pendant 4 semaines, où ils finissent leur transformation. On obtient alors du terreau, qui est revendu soit aux particuliers, soit aux maraîchers.

L’étape suivante fut la visite du centre de tri de Mâcon, où tout le monde fut impressionné par les quantités de cartons, de bouteilles, de papier, …, tout cela mis en ballots et empilé. De même, la destruction de moules de coques de bateaux par une « pince géante » fut particulièrement spectaculaire.
Comme pour la déchetterie et le centre de compostage, les responsables nous ont tout expliqué et tout montré, de l’arrivée des déchets en camion, qui sont pesés avec le camion sur une bascule géante (nous l’avons testée, le groupe de 16 élèves de M Sevelinge pesait 710kg ), en passant par la chaîne de tri manuelle où 7 personnes trient pendant 8 heures d’affilée des déchets qui circulent sur un tapis roulant, pour finir par les zones d’emballage et de stockage.
Une fois mis en ballots, les papiers, les cartons, les bouteilles plastiques, les ferrailles sont vendus à des entreprises qui s’en servent comme matière première (par exemple les ballots de papier étaient destinés à une entreprise néerlandaise).


Avec l'aide des animateurs du centre EDEN,venus nous rendre visite,nous avons reconstitué l'histoire de plusieurs objets que nous avions apportés en classe comme une bouteille plastique, une canette aluminium, un journal...depuis les matières premières nécessaires à leurs fabrications jusqu'aux nouveaux objets fabriqués à partir de leurs matières recyclées.Cela nous a permis de connaitre pas mal de choses sur la vie de ces objets mais aussi de réaliser comment,par des gestes simples ( tri des déchets par exemple ) on pouvait limiter l'exploitation des matières premières ( bois, fer, aluminium, pétrole... ) .Les photos sur les panneaux "filières" racontent la vie de ces objets.
Nous essayons également de développer cet état d’esprit dans le collège, d’une part en rappelant certains gestes citoyens aux autres élèves à l’aide d’affiches aux endroits stratégiques (toilettes, lavabos, salle des profs , …), d’autre part en préparant une exposition sur notre atelier, où la plupart des informations (par exemple les logos sur le développement durable) seront exposés sur nos feuilles format poster en papier recyclé . Cette exposition, réalisé en dehors de l'établissement dans une salle à définir , permettra peut-être également de toucher un public plus large que les élèves du collège.

Les photos agrandies:








* Une expérience rigolote : une pile naturelle avec un citron

Nous avons envie de vous faire partager cette expérience
trouvée sur internet , elle est sympa et facile à réaliser.
Elle montre qu’il est possible techniquement de fabriquer
de la « bioélectricité » même si la production reste très modeste…


Matériel nécessaire : Des citrons, des pièces de 1, 2 ou 5 centimes
d’euro, du fil électrique , des vis galvanisés ( recouverts de zinc ),
des pinces crocodiles ( facultatif ) et une diode .

La mise en œuvre : Après avoir roulé les citrons avec la paume de la main (pour obtenir un maximum de jus à l’intérieur du fruit), nous avons planté dans chaque citron une tige de cuivre (les pièces) et une tige en zinc (les vis), puis relié en série avec les fils électriques chaque vis d’un citron à une pièce d’un autre, les deux extrémités finales étant connectées à la diode.

Le résultat : Réalisée avec 3 citrons, notre biopile a parfaitement fonctionnée , puisque la diode s’allumait sans problème. Pour aller plus loin, nous avons demandé à notre professeur de Sciences physiques de nous prêter un voltmètre : notre pile au citron produisait un courant électrique de 2,86 Volt, largement suffisant pour faire briller notre diode. Par contre, l’ampérage était très faible (quelques mA) et ne permetait pas d’allumer une ampoule de lampe de poche.








* et l’année prochaine :



L’atelier ne sera pasforcément reconduit (tout dépend du projet pédagogique du collège). Toutefois, tout le monde souhaite pérenniser notre action, d’où l’idée de créer un club « Nature » l’année prochaine, qui nous permettrait de poursuivre et d’étendre nos activités (outre la poursuite des actions précédentes sur le développement durable et les économies d'énergie, d’autres idées nous sont venues, comme planter des arbres et des plantes dans le collège, créer un aquarium, installer un bac de récupération d’eau de pluie, installer des distributeurs de nourritures pour les oiseaux l’hiver, …)

Si des idées, des commentaires ou des questions vous viennent n'hésitez pas à laisser un message sur le blog
Merci.










Quelques sites à visiter :